Jehane Mahmoud

Avril 2018

Les atours du velours

Lumière, portraits, grands formats. Telles sont les caractéristiques des images que capture Jehane Mahmoud. Son don pour jouer avec la lumière participe d’une visée clairement esthétique, que vient renforcer le dispositif d’éclairage, dans une pensée de l’espace, de ses photographies. Ainsi, dans l’accrochage actuellement visible dans la Grande Halle de la Villette (“100% Beaux-Arts”), une photographie tirée sur du velours coupe perpendiculairement une image vidéo dans laquelle une eau brune, matière vive, occupe une place cruciale. Une image en lumière, par là, fait face à un tissu éminemment aqueux qui accroche les ondes électriques et palpite d’une multitude de reflets. Le grand format (l’artiste réalise ses photographies sur des pellicules de 6x9cm) permet de faire face à l’image, dans ce qu’elle a d’ontologique. À taille humaine, voire beaucoup plus grande, l’image produite confronte au portrait représenté, et pose la question de ses conditions d’apparition. De plus, le grand format inclut, englobe le spectateur, dans une co-présence. Le velours est un matériau de prédilection de l’artiste, et convie les propriétés de l’haptique. Là encore, la participation du spectateur, qui est invité à toucher ce support inattendu et si sensuel (un appel autant optique que tactile), est mûrement pensée par Jehane Mahmoud. Issu du théâtre et de ses décors, mais aussi du costume et de la mode depuis les temps les plus reculés, il est historiquement noble, mais s’est très largement démocratisé par la mise au point d’un velours industriel. Il est en l’occurrence très bon marché. En découle un jeu sur les représentations et sur la réalité économique de la production artistique. De manière générale, l’artiste réfléchit les conditions de production de l’œuvre d’art, en passant par des circuits marchands industriels et publicitaires. Les circuits de diffusion sont ensuite essentiels et intimement politique (au sens du politique). Jehane Mahmoud rêve ainsi de réaliser des films qui soient diffusés à destination du grand public. La pratique de l’écriture, qui se propage, on le sait, peut-être plus fluidement, participe de cette réflexion sur la démocratisation de l’art. La prochaine installation de l’artiste consistera en une exploitation plus poussée des propriétés du velours associé au grand format. La jeune artiste imagine une œuvre d’art globale, dans une intuition de l’espace qui questionne, avant tout, la nécessité de l’image.

http://jehanemahmoud.paris/